Madiop Ndiaye, GET Vosges (N1 France) : «Je travaille dur pour rejoindre l’équipe nationale»

0

Son nom est sur toutes les langues en National 1 français où il porte les couleurs de Get Vosges, club il a été prêté par Aix Maurienne, cette saison. Étincelant samedi dernier lors de la 16journée, malgré la défaite de son équipe face à Chartres, Madiop Ndiaye, ailier fort, s’est offert un double-double (18 points, 15 rebonds, 2 contres). Le jeune Rufisquois (2m08cm, 22 ans) formé au Saltigué évoque, avec nos confrères du quotidien Record, son parcours et son objectif majeur : jouer avec les Lions.

Le week-end dernier, vous faisiez partie des meilleurs Sénégalais qui se sont illustrés en National 1. Comment avez-vous vécu ces performances ?

Je les ai vécu avec beaucoup de sérénité. Je sais que je peux faire plus que cela. Je veux me distinguer après chaque sortie avec l’équipe. Et pour réussir ce pari, il me faut beaucoup de maturité et d’humilité.

Avant de venir en France, vous avez démarré par l’Espagne. Parlez-nous de votre parcours.

J’ai commencé à jouer au basket il y a juste 8 ans. Avant, je ne pratiquais pas cette discipline. Je venais juste au terrain du jardin public de Rufisque pour suivre les entraînements. Vu ma taille, mon grand père m’a inscrit au Saltigué dont j’ai rejoint les cadets. Au fil du temps, je suis tombé amoureux du basket. C’est dans ce club que j’ai appris les fondements du basket. Je ne connaissais rien du basket mais les encadreurs, Pape Ndaw et Fara Ndiaye, m’ont dit de croire en mon talent et de respecter les entraînements si je souhaite réussir dans le basket. Par la suite, les choses sont allées vite et on m’a confectionné une licence. Au début, c’était trop difficile car j’étais tout le temps sur le banc. Je ne faisais qu’accompagner l’équipe lors de ses sorties. Ça me faisait mal et un jour je me suis dit qu’il était temps que je prenne les choses au sérieux en redoublant d’effort. Donc, j’ai mis en place un programme d’entraînement personnel et je n’avais presque plus de repos.

De Saltigué de Rufisque à Get Vosges en France. Comment avez-vous fait pour en arriver là ?

Au Saltigué, j’étais jeune certes mai j’ai travaillé pour être vite performant. Le dimanche, je me réveillais à 5 heures du matin pour aller m’entraîner avec le coach Assane Thiam. Beaucoup de gens me disaient qu’avec ma taille, je pouvais gagner ma vie dans le basket et aider ma famille. Beaucoup croyaient en mon potentiel et m’encourageaient à aller de l’avant. Donc, je ne voulais pas que tous ces efforts soient nuls. Par ailleurs, j’ai très tôt compris que pour réussir dans cette discipline, il fallait être discipliné. Au Saltigué, je n’avais qu’un seul objectif : gagner des trophées et figurer parmi ceux qui vont marquer l’histoire du club.

Votre premier contrat professionnel, vous l’avez signé en 2011 avec le club espagnol Saragosse. Comment les contacts se sont-ils passés ?

Souvent, j’avais des propositions. Mais comme que j’étais trop jeune, mes parents ne voulaient pas que je quitte le Sénégal pour l’étranger. Je leur en voulais tellement, mais par la suite je me suis dit que c’était mon destin, que le moment venu, les choses seraient faciles pour moi. Je sais que le souhait de mes parents était de me voir réussir. C’est au lendemain de notre dernier match au tournoi de montée, en 2011, que des agents intermédiaires sont venus chez moi pour échanger avec mes parents. Finalement, ils sont tombés d’accord et j’ai rejoint l’Espagne.

Une fois là-bas, comment cela s’est passé pour vous ?

Quand je suis arrivé en Espagne, je devais faire une semaine d’essais avec Saragosse. Mais avant de partir, j’avais dit à mes proches que si je mettais les pieds en Espagne, je n’allais pas revenir de sitôt parce que j’étais convaincu de mon talent. Je suis parti sur cette dynamique, et après trois jours d’entraînement, les dirigeants étaient satisfaits espagnols et ils m’ont proposé un contrat de trois ans. J’ai fait une belle saison avant de remporter le trophée MVP avec les juniors ainsi que d’autres distinctions. C’est dans ce club que j’ai appris aux postes 4 et 5. J’ai gagné en maturité dans le championnat espagnol et j’ai amélioré mon niveau.

Avec tous ces acquis, pourquoi vous n’êtes pas resté en Espagne pour encore aller de l’avant ?

À la fin de mon contrat avec Saragosse, les dirigeants du club voulaient renouveler le bail pour deux saisons de plus, chose que je n’ai pas accepté. Je suis retourné au Sénégal pour les vacances. À la fin de mon séjour, les responsables de Aix Maurienne (National 1 français, ndlr) m’ont contacté pour que je joue là-bas avec comme objectif d’aider le club à se maintenir. Je n’avais pas d’agent, donc c’est moi-même qui ai négocié le contrat. Et quand j’ai rejoint le club, on a accompli cette mission en remportant nos cinq derniers matchs.

Comment se passe la cohabitation avec les Sénégalais du National 1 ?

À chaque fois que l’on se croise, ils ne manquent pas l’occasion de me donner des conseils. Souvent, ils m’assurent qu’ils suivent mes performances et me suggèrent de continuer dans ce sens. Il faut dire que mon intégration n’a pas été difficile parce que j’avais déjà une idée de ce championnat.

Quels sont vos objectifs ?

Je ne joue pas pour le simple plaisir de rester en National 1. Mon objectif est de jouer dans le haut niveau. Je veux progresser et continuer sur cette dynamique pour rester constant.

Sous contrat avec votre club Aix Maurienne, vous avez failli participer au draft NBA…

J’avais terminé ma saison avec les pros A, et deux Américains m’ont proposé de rejoindre les États-Unis pour le draft NBA. Mais vu qu’il restait deux journées aux pros B qui luttaient pour le maintien, j’ai demandé au coach de me laisser partir pour tenter ma chance car l’équipe était bien outillée. Ce dernier m’a donné son accord et je suis parti. Une fois que je suis arrivé aux États-Unis, il y a des rumeurs qui circulaient au sein de mon club en France, insinuant que je suis parti sans informer le staff. Alors que j’avais déjà son accord.

C’était quoi le problème au juste ?

Le coach avait une idée de ses cinq majeurs pour démarrer la saison avec Saragosse. Mais, après quelques journées, ils ont enchaîné des contre-performances. Les dirigeants ont changé d’avis et demandé que je retourne en France. Je n’avais pas le choix parce que j’étais toujours sous contrat. Pire encore, j’avais déjà signé pro. Donc, même si je restais aux États-Unis, je ne pensais pas pouvoir évoluer en NBA parce que je n’étais pas dans une université. J’ai informé les Américains qui m’avaient emmené aux États-Unis et finalement je suis rentré en France.

Après tous ces malentendus, comment avez-vous fait pour atterrir à Get Vosges ?

Il me restait un an de contrat, et le staff du club a profité de cette situation pour me reléguer au second plan. Le coach m’a convoqué et m’a fait comprendre qu’il avait déjà retenu son groupe. Par la suite, il a dit aux dirigeants de me prêter à un club. C’est là que j’ai rejoint le Get Vosges.

Qu’avez-vous retenu de ces épisodes ?

J’ai juste compris qu’un joueur doit avoir le mental fort.

Le calendrier des éliminatoires  du Mondial 2019 prévu en Chine a été dévoilé. Le Sénégal aura comme adversaires la Côte d’Ivoire, le Mozambique, et la Centrafrique. Y pensez-vous ?

Pour le moment, je suis dans mon coin et je travaille. Je me concentre sur mes objectifs certes, mais j’appelle les dirigeants sénégalais et le nouveau staff technique à sillonner tous les championnats. Si on fait appel à moi, je n’hésiterai jamais à venir défendre les couleurs de mon pays.

source : Quotidien Record

Commentaires Facebook

Commentaires

Share.

About Author

Laisser un commentaire

}
error: Contenu Protégé !