Angola : la route est encore longue

0

En ce moment, l’Angola aurait toutes les raisons de fêter encore ses trois victoires obtenues dans le cadre des Éliminatoires pour la Coupe du Monde FIBA 2019. Il occupe en effet la première place du Groupe C avec six points. 

Toutefois, l’intérieur de l’Angola Yanick Moreira veut garder les pieds sur terre, conscient que rien n’est encore acquis pour l’une des nations les plus dominantes du basketball africain. La bataille n’a fait que commencer. 

« NOUS SOMMES CONTENTS D’AVOIR REMPORTÉ NOS TROIS MATCHES, MAIS CE N’EST PAS FINI. LA ROUTE EST ENCORE LONGUE. NOUS DEVONS RESTER CONCENTRÉS ET POURSUIVRE NOTRE TRAVAIL D’ICI LES PROCHAINS MATCHES DANS QUELQUES MOIS. » – Moreira

Ayant eu la chance d’évoluer chez elle à Luanda, l’équipe angolaise au look rajeuni s’est montrée bien inspirée, tout comme l’avait été la sélection nationale qui avait remporté il y a quatre ans le FIBA AfroBasket en Côte d’Ivoire. 

Mais cette fois, elle a vécu ça devant ses propres fans, tout heureux de chanter et danser pour célébrer chacune de ses victoires, grâce à de solides performances de son mélange de jeunesse et d’expérience. 

Moreira, un des cinq rescapés de l’équipe d’Angola qui a participé à la Coupe du Monde FIBA 2014 en Espagne, est impatient de ramener son pays au plus haut niveau. 

« LE TEMPS PASSE VITE. AVANT QUE JE NE M’EN APERÇOIVE, JE SERAI LE PLUS VIEUX DE L’ÉQUIPE ; IL FAUT DONC QUE JE FASSE TOUT CE QUI EST EN MON POUVOIR POUR QUE NOUS PUISSIONS AVOIR UNE CHANCE DE PRENDRE PART À LA COUPE DU MONDE. » – Moreira

« Cela fait sept ans que je joue en équipe nationale, mais ces derniers temps ont été difficiles. J’ai beaucoup de pression sur les épaules, parce que nous avons perdu les deux derniers AfroBaskets. Je dois donc faire en sorte que nous prenions part au prochain pour montrer aux gens que nous sommes toujours là. Il nous faut travailler dur, construire autour de ces Éliminatoires et peut-être être prêts pour le FIBA AfroBasket 2021. » 

« Nous sommes contents d’avoir remporté nos trois matches, mais ce n’est pas fini. La route est encore longue. Nous devons rester concentrés et poursuivre notre travail d’ici les prochains matches dans quelques mois.

« Avec le groupe de joueurs à disposition, il y en a encore qui essaient d’intégrer la sélection. Nous avons de bonnes chances de nous qualifier pour la Coupe du Monde. Nous devons prendre un match après l’autre et continuer à gagner.

« Nous avons un nouveau coach qui est là pour nous y aider. Nous visionnons beaucoup de séquences et nous nous entraînons souvent. Je pense qu’une fois que nous aurons assimilé le système, nous serons forts. »

Moreira, qui joue pour Parma Basket en Russie, fait office de pont entre l’ancienne et la nouvelle générations.

Il admet que la pression est une source de motivation pour rester affamé de succès et concentré.

« Le temps passe vite. Avant que je ne m’en aperçoive, je serai le plus vieux de l’équipe ; il faut donc que je fasse tout ce qui est en mon pouvoir pour que nous puissions avoir une chance de prendre part à la Coupe du Monde, » dit le joueur de 26 ans.

Moreira estime que le fait d’avoir pu jouer à domicile devant les fans angolais pour la première fois depuis dix ans et l’opportunité de disputer des matches aller-retour – si l’Angola se qualifie pour la seconde phase des Éliminatoires – sont des perspectives extrêmement réjouissantes pour lui et ses coéquipiers. 

Bien qu’il n’a pas enlevé le titre au FIBA AfroBasket 2017 avec l’Angola, l’intérieur de 2.11m a gagné la NBA D-League 2017 avec les Raptors 905, un beau résultat dans la carrière d’un joueur dont la détermination et le coeur sur un terrain sont plus imposantes que son physique. 

« J’ai de la chance. Je dois continuer à travailler et à écouter le coach. Nous devons poursuivre la construction de cette équipe. Je suis encore jeune. J’espère que nous allons mûrir. Un jour, je serai le plus vieux de l’équipe, il faut donc que je bosse dur, » lâche Moreira.

Selon le nouveau système de compétition FIBA, les Éliminatoires Zone Afrique pour la Coupe du Monde FIBA se dérouleront en deux phases. Les trois meilleures de chacun des quatre groupes (A, B, C et D) à la fin de la première phase se qualifieront pour la seconde phase décisive à 12 équipes.

Celle-ci verra les sélections nationales jouer des matches aller-retour, les deux meilleures nations de chaque groupe et la meilleure 3ème se répartissant les 5 billets pour la compétion majeure de la FIBA – du 31 août au 15 septembre 2019 – dévolus aux équipes africaines.

FIBA

Commentaires Facebook

Commentaires

Share.

About Author

Laisser un commentaire

}